AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 I don't think I'm dreaming. (Eréndira)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Queenie Goldstein
Staff ≈ Merlin's beard !


Staff ≈ Merlin's beard !
Localisation : New-York
Messages : 89
Date d'inscription : 26/11/2016

MessageSujet: I don't think I'm dreaming. (Eréndira)   Mer 22 Fév 2017 - 0:56


I don't think I'm dreaming.
EXORDIUM.
Pour la dixième en l’espace d’une heure, Queenie vérifie qu’il ne lui manque rien. Préparer son sac de voyage sans connaître la durée de celui-ci s’est avéré compliqué pour la jeune sorcière. Elle a donc choisi d’emporter avec elle la moitié de sa garde-robe et tout un tas d’autres choses sans doute inutiles aux yeux des autres, mais très utiles pour elle. Puisque tout ne pouvait pas tenir dans sa minuscule valise, Queenie a évidemment pu compter sur son sac sans fond pour accueillir le reste. Une fois certaine d’avoir pensé à tout, elle referme ses deux sacs et les déplace jusque devant la porte de l’appartement. Alastair lui a demandé de se tenir prête pour minuit. Vu la situation actuelle, les deux sorciers ont exclu la possibilité de se déplacer en utilisant la magie, c’est pourquoi ils ont pris la sage décision de voyager à la manière d’un non-maj. Leur aventure promet d’être très longue. Queenie espère tout de même être revenue dans sept jours, dernier délai. Sa sœur est la seule personne au courant de ce voyage jusqu’à Cuba. Evidemment. Elle y va pour tenter de trouver de nouveaux alliés, pas pour des vacances. Si le MACUSA apprenait la raison de son absence, elle perdrait certainement sa petite place au bureau des permis baguettes. Et en perdant son emploi, elle perdrait aussi toutes ses précieuses sources d’informations. Tina lui a promis de la couvrir, tant que son absence n’excède pas les sept jours convenus. Elle lui a bien dit qu’au-delà d’une semaine, elle ne pourrait plus rien garantir. Queenie sait parfaitement que c’est faux. Même si par le plus grand des malheurs elle venait à devoir s’absenter deux semaines au lieu d’une, Tina continuerait d’assurer ses arrières. Elle ne serait sans doute pas tranquille, mais elle le ferait. Pour autant, Queenie n’a pas encore prévu d’abuser de la gentillesse de sa sœur – elle sait très bien qu’elle lui en demande déjà beaucoup. Parce que oui, c’est aussi elle qui doit s’occuper de Rocky. Cette petite boule rose a beau être mignonne, elle n’en est pas moins terrible.

Minuit tapante. Alastair est là, au volant d’une voiture moldue. Queenie ne cherche même pas à savoir comment l’obtention du véhicule s’est faite, elle laisse le sorcier charger la valise dans le coffre et ils prennent aussitôt la route vers le sud. Durant une bonne partie du trajet, les deux employés du MACUSA discutent de leur mission et de leur souhait de voir Cuba se rallier à la cause de l’Alaska. Ils donnent presque l’impression d’être de grands gamins naïfs, tous les deux. L’optimisme les anime à un point qui dépasse l’entendement. Ils ont tendance à croire qu’à force de jolis mots, ils pourront persuader les autorités de Cuba que leur place est au côté des alaskiens, qu’ensemble ils stopperont forcément les combats. Ils ont tellement envie d’y croire qu’ils refusent de penser au potentiel échec de leur mission. Queenie, elle-même, se montre un peu trop enthousiaste. Elle oublie parfois que tout le monde ne partage pas son avis. Peut-être que leur voyage sera vain. Peut-être que Queenie rentrera à New-York en ayant l’impression de n’avoir servi à rien. Peut-être, oui. Est-ce qu’elle y pense ? Non, elle s’y refuse. Son optimisme a toujours été sa plus grande force, elle ne va certainement pas baisser les bras maintenant. Son envie de défendre ses idées ne fait que grandir un peu plus au fur et à mesure qu’ils se dirigent vers le sud du pays. Queenie en a assez de voir cette guerre détruire les villes américaines, elle ne supporte plus de lire la tristesse et l’inquiétude sur le visage des gens. La guerre est omniprésente. Moralement et humainement dévastatrice. Et puis toutes ces affiches de propagande contre les mages noirs… Elle en a assez. Elle ne peut que comprendre l’inquiétude du MACUSA et évidemment, elle reste consciente du danger que représentent ces sorciers. Pourtant, une petite part d’elle approuve certaines idées véhiculées. Outre les idées et valeurs qu’elle défend, Queenie est une grande pacifiste dans l’âme. En ce sens, elle ne peut que prôner l’arrêt de la guerre.

En tout, quasiment trois jours de voyage ont été nécessaires. Lorsque Queenie descend enfin du bâteau, elle se sent infiniment soulagée et plus déterminée que jamais. Malgré la fatigue, elle n’a toujours pas perdu espoir. Alastair et Queenie prennent le temps de se poser avant de repartir pour le gouvernement magique cubain. Alastair est supposé « prendre la température », tandis que Queenie doit discuter avec une certaine Eréndira Màrquez. Du moins, elle doit forcer la discussion. Ce n’est pas qu’elle débarque comme une fleur, mais presque. Une fois au département de la coopération magique internationale, Queenie suit simplement les indications jusqu’au bureau pour l’entente magique inter-Amérique. Là, elle s’arme de son plus beau sourire et dérange une employée. « Bonjour ! Serait-il possible de parler à… Eréndira Màrquez ? » Son interlocutrice est confuse, Queenie peut le lire dans son esprit. Elle comprend aussi rapidement qu’ici, on ne parle pas nécessairement anglais. « Eréndira Màrquez ? » Répète-t-elle un peu plus lentement. Elle s’annonce ensuite en se désignant d’une main. « Queenie Goldstein. » La sorcière parvient à se faire comprendre. L’employée hoche la tête et disparaît, laissant Queenie supposer qu’elle peut sans doute patienter sur l’un des fauteuils mis à la disposition des visiteurs.

_________________


I'm not flirting.
Queenie Goldstein ☽ You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Eréndira Márquez
Staff ≈ Merlin's beard !


Staff ≈ Merlin's beard !
Localisation : Principalement sur Cuba
Messages : 142
Date d'inscription : 23/11/2016

MessageSujet: Re: I don't think I'm dreaming. (Eréndira)   Sam 25 Fév 2017 - 13:55


I hope I'm not awake
feat. Queenie & Eréndira

Elle venait à peine de revenir de République Dominicaine qu’elle avait déjà dû retourner travailler. Elle n’avait pas vraiment eu le temps de se reposer. Elle était rentrée vers quatre heures du matin chez elle en transplanant, et elle avait dû s’occuper de l’insomnie de son propre père, que la maladie avait tenu éveillé cette nuit-là. Elle avait à peine eu le temps de faire une pause pour aller aux toilettes et déjeuner. Elle ne s’en plaignait pas vraiment, si elle avait tenté de dormir cette nuit-là, elle aurait ressassé en boucle ce que la jeune allemande lui avait fait vivre, pas une aventure comme les autres il fallait en convenir. Une aventure qui avait presque convaincu Eréndira que ce n’était pas une si mauvaise idée de ne jamais se marier et avoir d’enfant. A peine deux heures après son arrivée chez elle, elle avait confié son père aux mains de l’infirmière qui s’occupait de lui la journée et elle était partie travailler, plusieurs dossiers sous les bras. A huit heures, elle avait eu une réunion importante avec le reste de son service et certains chefs d’autres. Il fallait discuter de la politique étrangère, Eréndira ne faisait plus que cela. La guerre avec les Etats Unis avait été évoquée, tout comme les forces que les Caraïbes étaient prêtes à accorder au Mexique pour l’aider dans cette entreprise.

Erén n’avait rien contre tout les étasuniens, contrairement à ce qu’elle laissait souvent penser. Elle arrivait à comprendre pourquoi des compatriotes tenteraient de partir à tout prix là-bas. Cuba était plein de violence et d’insurrections. Certains diraient qu’ils avaient le sang chaud, elle répondrait qu’ils savaient juste se battre pour leurs idées et leurs idéaux. Ils avaient connu la domination, plus d’une fois, notamment des Américains d’ailleurs. Dans sa vingtaine, elle avait connu le pays sous une domination militaire étasunienne et il n’avait pas été rare de la voir dans la rue à se battre aux côtés des moldus. Leur terre était sa terre. Leur dirigeant était son dirigeant. Et elle ne voulait pas que le moindre d’entre eux ne vive mal. Fini l’esclavagisme, du moins il y avait intérêt. Elle n’arrivait pas à croire qu’ailleurs en Amérique, des personnes étaient encore exploitées dans les champs de canne à sucre et autres ressources. Tout ça à cause des blancs. Elle savait qu’en laissant les USA les attaquer sans contre-attaquer, c’était leur permettre de les laisser leur marcher dessus une nouvelle fois. Et ça, il en était hors de question.

Elle lit les dossiers qui se sont accumulés sur son bureau la veille. Parfois, elle regrette un peu son boulot dans les archives magiques, à l’époque où elle était passionnée par le moindre truc qu’elle pouvait lire. Aujourd’hui, elle aime son travail mais tout ne la passionne pas. Lorsqu’il s’agit de voir avec les autres ce que l’on va bien pouvoir apprendre aux plus jeunes, ou lorsqu’il s’agit de parler de civilisations disparu et de conservation du travail, Erén est toujours là pour occuper la scène. Mais la guerre ? L’économie ? Tout ça, elle avait un peu plus de mal. Mais elle le faisait tout de même parce que c’est important et qu’il fallait bien s’en charger. Elle essaie d’être de plus en plus ouverte à tout les sujets, histoire de mettre les chances de son côté pour monter en grade.
Elle lève la tête vers sa secrétaire lorsque celle-ci entre dans la pièce après avoir frappé. « Quelqu’un veut te voir, Eréndira. Quiny Goldsteín ou quelque chose du genre. Une américaine vu l’accent, elle ne parle pas espagnol. Je ne sais pas si elle veut quelque chose de particulier, mon anglais... » Eréndira la rassure d’un geste, elle sait que sa secrétaire ne parle pas anglais. Elle ne l’a jamais encouragé à l’apprendre, on était à Cuba ce n’était pas pour que la langue des Américains domine. « Ne t’en fais pas, je verrais ça moi-même. Tu peux la faire entrer s’il te plaît ? Oh et, María ? Tu peux appeler Juán Espinoza et lui dire que je voudrais reporter notre rendez-vous de ce soir ? Je vais rentrer tôt ce soir, je n’ai pas dormi de la nuit. » María hocha la tête et fila chercher la visiteuse américaine.

Quand elle la vit, Eréndira se dit qu’elle semblait l’idéel féminin étasunien. Jolie, toute pâlichonne, des cheveux courts et blond brillants, des yeux bleus… Tout ce qu’on ne trouvait pas beaucoup à Cuba et qui avait dû détonner lorsqu’elle était arrivée. Eréndira se leva de son bureau et lui tendit la main comme un homme aurait fait avec un autre homme. Il fallait savoir se faire prendre au sérieux lorsqu’on était à son poste. « Mademoiselle Goldsteín, n’est-ce pas ? » Erén n’était pas mauvaise en anglais, mais son accent était très fortement prononcé, rendant certains mots probablement un peu étranges. « Qu’est-ce qui vous amène ici ? » Après tout, elle était comme qui dirait dans un endroit où une américaine n’avait rien à faire. « Je suppose que le slogan peut porter à confusion. Vous êtes au bureau pour l’Entente Magique Inter-Amérique, mais votre pays n’est pas concerné. » Et puis quoi encore ? Ils se prenaient pour les seuls américains, ça leur ferait pas de mal d’être un peu exclus de l’Amérique. « Je pense que vous venez plutôt voir le Bureau pour la Politique Magique Extérieure ? » Sinon elle ne comprenait plus rien. Ou alors elle était là pour espionner leur alliance pour son pays afin d’espérer obtenir un avantage dans la guerre. Eh bien, ça n’arriverait pas avec elle.


♡ ♡ ♡
MACFLY

_________________
never forget
what you are, for surely the world will not. Make it your strength. Then it can never be your weakness. Armour yourself in it, and it will never be used to hurt you. @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
I don't think I'm dreaming. (Eréndira)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MY EUPHORIA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE GREATER GOOD :: Le vaste monde :: Amérique du Nord-